Les Bateliers de la Volga (1936)

Les Bateliers de la Volga
(1936)

I- Fiche technique

Pays: France
Réalisateur: Vladimir STRIJEWSKI
Scénario/Dialogues: Joseph KESSEL, Paul BRINGUIER
Musique: Michel LEVINE
Acteurs principaux:
- Pierre BLANCHAR
- Véra KORENE
- Charles VANEL
Synopsis:
1912. Un officier russe est accusé d'avoir vole d'importants documents. Il se laisse condamner pour ne pas compromettre la femme du colonel, avec laquelle il a passe la nuit. Il s'évade et se cache sous l'apparence d'un pauvre batelier. Un jour, la vérité éclate et le colonel se suicide. Les amoureux peuvent enfin s'aimer au grand jour.
Date de sortie:  7 février 1936

Véra Korène

Critique:
L'Intransigeant: D'où vient le penchant des scénaristes et des metteurs en scène pour la Russie d'avant-guerre et son romantisme arrosé de vodka! Le pittoresque facile des beuveries, la nostalgie inévitable des chants tziganes, la photogénie des uniformes fleurissent sur nos écran. Les sujets peuvent varier, l'atmosphère reste la même. Aussi, M. Strijevski qui a mis en scène Les Bateliers de la Volga sur un scénario de J. Kessel, a-t-il quelque mérite d'avoir écarté, dans la mesure du possible, les tableaux de genre qui s'offraient automatiquement à son objectif. Il a réduit les orgies au strict nécessaire et s'est plu davantage à faire évoluer, non sans un certain sens de la beauté mobile, les couples des officiers et des jolies femmes. Il y a dans son film des éclairages savants et de jolis paysages de la Volga qui évoquent les bords de la Marne. Son oeuvre est celle d'un technicien adroit et probe, mais elle ne se caractérise par aucune ingéniosité particulière. [...] Le scénario n'évite pas toujours les situations conventionnelles et les invraisemblances. L'intrigue est intelligemment construite, mais elle nous est exposée avec une monotonie de moyen qui en diminue l'intérêt. Les interprètes de ce drame d'amour ne réussissent pas toujours à nous attacher à leur sort. On ne plaint pas Mlle. Véra Korène, qui semble si lointaine, ni Pierre Blanchar, bien qu'il y ait dans son jeu de la ferveur et de la conviction . Inkijinoff fait d'énygmatique apparitions en domestique mongol. Seul, Charles Vanel s'élève vraiment au-dessus de son rôle. Je dis au-dessus, car il l'humanise positivement. Il en explique l'âme et l'attitude par des nuances infinies que seul un grand acteur sait rendre. Et il parvient à émouvoir.



II- Chansons & Enregistrements

1- JE VEUX N'AIMER QUE VOUS

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
* GUY BERRY & l'Orchestre Paul Misraki - Disque Pathé PA 810 - 1936
Disque pas encore trouvé
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------



Dernière modification: 12 juillet 2016

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire